Foire aux questions

Au sujet des banques de tumeurs

Est-ce que les échantillons collectés de manière prospective ou les échantillons excédentaires sont exempts de l’approbation par le comité d’éthique à la recherche?

Si les spécimens collectés de manière prospective pour des besoins cliniques ou diagnostiques sont utilisés à des fins de recherche, l’utilisation de ces spécimens dans des protocoles futurs doit être approuvée par un comité d’éthique à la recherche avant que ces spécimens soient utilisés. Les déchets biologiques et les restes de spécimens sont inclus dans cette catégorie.

Aucune de ces études sera admissible à l’exonération et nécessitera une révision accélérée ou une révision complète. Dépendamment de la nature de la recherche, la banque membre peut être tenue d’obtenir le consentement éclairé du patient pour le nouvel usage.

Back to top

Est-ce que je peux prévoir des bénéfices en devenant un donneur?

Votre don est essentiel dans la lutte contre le cancer. Cependant, dans un avenir rapproché, les donneurs ne devraient pas attendre un effet immédiat sur la santé.

L’utilisation des tissus, du sang et/ou des fluides corporels dans la recherche conduit potentiellement à connaître les causes du cancer et autres maladies, comment les prévenir, comment les traiter et comment les guérir. Malheureusement, plusieurs de ces recherches prennent des années avant d’être complétées. La recherche qui est réalisée à partir de votre don peut ne pas vous aider personnellement.

Il est plus probable que votre don bénéficiera davantage à des personnes qui seront atteintes de cancer et d’autres maladies dans le futur.

Back to top

Comment puis-je être donneur?

Dans les institutions participantes, les donneurs potentiels sont avisés de l’opportunité de donner des échantillons de tissus et de sang. Si le patient accepte de devenir donneur, cette information est transmise à la banque de tumeurs et des arrangements sont alors pris pour une rencontre.

Le patient intéressé rencontrera un membre du personnel désigné qui lui expliquera le programme de la banque régionale de tumeurs et demandera un consentement éclairé. Un échantillon de sang peut être requis à ce moment et un questionnaire sera rempli. Si une intervention chirurgicale est prévue, l’hôpital participant contacte la banque de tumeurs pour prévenir de la journée et de l’heure de l’opération.

Pour en assurer la qualité, le tissu est mis en banque en temps opportun, après que le pathologiste ait rendu son diagnostic. Le tissu est immédiatement congelé et transporté pour les autres traitements et l’entreposage.

Le choix de donner du tissu excédentaire, des échantillons sanguins et possiblement d’autres fluides corporels pour une recherche future vous appartient. Quelque soit votre décision, elle n’affectera pas vos soins. Vous pourrez encore prendre part aux essais cliniques si vous le désirez.

Back to top

Comment le tissu humain est utilisé dans la lutte contre le cancer?

La recherche médicale dépend de la possibilité d’étudier les tissus humains qui ont été généreusement donnés par les individus. Même si les chercheurs peuvent utiliser des modèles de la maladie comme des lignées cellulaires ou des tumeurs animales pour développer des idées sur des marqueurs potentiels et des thérapies, il est essentiel d’étudier les tissus humains. Une des meilleures façons de comprendre comment une maladie telle que le cancer se développe chez l’homme demeure l’étude des tissus humains.

Les échantillons de tissus sont utilisés pour identifier des bio-marqueurs, améliorer l’efficacité des traitements, développer de nouveaux médicaments thérapeutiques et pour former les scientifiques et les médecins. La recherche qui utilise les tissus et leurs données associées est gérée avec attention et peut être réalisée seulement si elle satisfait à une réglementation particulière et si elle est approuvée par un comité d’éthique. Cette régulation est assurée pour que la recherche soit éthique et que la confidentialité du donneur soit protégée.

Back to top

Qu'est-ce qu'une étude prospective?

Une étude prospective est une étude dans laquelle la collecte des tissus arrivera dans le futur. En d'autres mots, les spécimens biologiques ne sont pas en notre possession lorsque l'approbation pour la recherche est demandée.

Le tissu sera obtenu spécifiquement à des fins de recherche seulement après que le protocole de recherche ait été approuvé par le comité d’éthique à la recherche (CER), lequel demande au sujet de se conformer à la procédure pour obtenir des spécimens à des fins de recherche.

Comme autre exemple, les spécimens à être collectés à partir d'échantillons cliniques qui seraient jetés seront obtenus après que la recherche ait été approuvée par le CER et utilisés à des fins de recherche spécifiques.

Back to top

Qu'est-ce qu'une étude rétrospective?

Une étude rétrospective est une étude dans laquelle du matériel biologique humain existant (toujours à l’intérieur d’une collection de la banque) est utilisé pour des études qui ont été approuvées par un CER.

Par exemple, une étude rétrospective qui s’effectue sur des collections déjà existantes, des spécimens de pathologies entreposées, des sérums excédentaires, ou qui implique l’utilisation secondaire de tissus collectés pour un autre protocole de recherche, etc.

Il y a des pour et des contre pour chacune de ces deux types d’études, prospective et rétrospective. Cependant, un des avantages des études rétrospectives est que le travail peut être effectué plus efficacement, avec moins de coûts et plus rapidement. En général, les études rétrospectives sont plus communes et ont l’avantage de pouvoir être utilisées pour des études prospectives en évitant les coûts reliés à la collecte.

Back to top

Qu’est-ce qu’une banque de tumeurs?

Les banques de tumeurs sont des infrastructures organisées pour collecter, entreposer et distribuer les échantillons de tumeurs et de tissus normaux pour utilisation ultérieure en recherche fondamentale et translationnelle sur le cancer. Les échantillons sont généralement obtenus des laboratoires d’histopathologie et de pathologie qui traitent les biopsies, les échantillons sur lames et les spécimens chirurgicaux en vue d’obtenir des diagnostics.

Back to top

Qu’est-ce que le RCBT?

Le réseau canadien de banques de tumeurs (RCBT) est un réseau des plus importantes banques de tumeurs au Canada, subventionné par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ; ces banques travaillent ensemble pour fournir des échantillons de tissus humains à des fins de recherche sur le cancer.

Back to top

Quelle est l’historique de la mise en banque de tumeurs au Canada?

Les étapes initiales de la mise en banque de tumeurs au Canada émergent des travaux tels que ceux de l'atelier parrainé par le fonds Terry Fox-INCC en 1991 (sur la biologie moléculaire - Impact sur la recherche sur les causes et le traitement du cancer). Puis, elles ont été suivies par le lancement d'un programme « d'épidémiologie moléculaire et d'études corrélatives» par l'INCC pour appuyer les banques de tumeurs. Cette initiative a donné lieu à la création de 5 banques de tumeurs financées par l'INCC, dont la Manitoba Breast Tumor Bank (1993), la Toronto London Soft Tissue Sarcoma Bank (1993), la London Brain Tumor Bank (1994) et la Banque de tumeurs du poumon de Montréal (1994) et la Banque de tumeurs du sein du GEC INCC (1995).

Toutefois, ce programme spécial de l'INCC a été intégré au programme des subventions de fonctionnement et au système d'examen. Des questions ont rapidement été soulevées quant aux priorités de l'INCC, aux mécanismes appropriés d'examen et aux critères sur lesquels reposerait le soutien continu des banques de tumeurs. Cette question a suscité énormément de discussions et a donné lieu à la tenue d'un atelier national sur les banques de tumeurs (Toronto, 1996, financé par l'INCC Terry Fox - Santé Canada) et à la création d'un comité de l'INCC présidé par le PHW (1998) et dans le cadre du Groupe de travail sur les études biologiques et les banques de tumeurs au sein du GEC de l'INCC. Cela dit, malgré la reconnaissance générale de la valeur des banques de tumeurs pour la recherche sur le cancer, l'INCC a formellement mis un terme au financement des banques de tumeurs en juin 2000. D'autres collections importantes de tissus et initiatives du genre ont vu le jour au Canada au cours de la même période. Plusieurs de ces autres banques ont été fondées par des institutions, par des subventions supportant des projets non dédiés à la mise en banque ou par des dons privés. Celles-ci sont toujours accessibles comme banques de tumeurs aux chercheurs universitaires. Ces collections varient énormément des points de vue des types ou des sous types de tumeurs recherchées, de la forme sous laquelle sont conservés les tissus, des données recueillies et du mandat.. Bien que nombre de ces collections soient appelées banques de tumeurs, elles ne sont pas nécessairement financées, organisées ou conçues pour fournir des séries de cas aux chercheurs de l'extérieur. En outre, nombre d'entre elles sont axées sur un seul type de tumeurs (ce qui est souvent un gage de qualité). Nombre d'entre elles bénéficient d'un appui ou d'un financement de base incertain, n'ont au mieux qu'une ébauche de politique en ce qui concerne le soutien de l'industrie et ont une masse critique insuffisante, disposent de données incomplètes et de capitaux ou de motivation insuffisants pour offrir un service structuré.

En 1997, un réseau national de tumeurs/tissus/données a été mis sur pied sous le leadership du Tumour Bank Working Group du groupe des essais cliniques du INCC. Cette banque collecte du matériel de patients à travers le Canada qui participent aux essais cliniques nationaux sur le cancer et sont supportés en partie par le INCC/Société canadienne du cancer fondé par le Groupe des essais cliniques. Le matériel dans cette banque est associé à des données cliniques bien caractérisées, aux traitements, à la toxicité et aux résultats et a été établi comme une ressource national par les chercheurs.

En janvier 2000. Le Fonds de la recherche en santé du Québec (FRSQ) annonce la création et le support de réseaux thématiques, dont le Réseau de recherche sur le cancer (RR-Cancer) pour la mise en banque de tumeurs. Le RR-Cancer supporte la recherche à travers plusieurs banques se concentrant sur le cancer du sein , de l’ovaire et de la prostate en plus d’une banque de cellules leucémiques dans plusieurs grands centres hospitaliers universitaires au Québec.

Le RR-Cancer du FRSQ a mobilisé un nombre significatif de chercheurs dans le domaine du cancer qui accomplissent ensemble une recherche multidisciplinaire de haut calibre.
Le but du RR-Cancer est de donner aux chercheurs québécois l’accès à une importante infrastructure qui supporte leur désir de combiner les activités de recherche permettant d’atteindre des objectifs communs.
Le gouvernement de l'Ontario a créé une nouvelle initiative visant à stimuler la recherche translationnelle sur le cancer (Réseau ontarien de recherche sur le cancer) qui prévoit l'établissement de liens entre les essais cliniques et les banques de tumeurs.

Le Cross Cancer Institute de l'Alberta a lancé un projet de banque de tumeurs appelée Polyomx qui a pour objectif de recueillir environ 20 % des quelques 5000 cas de cancer dans la région.
Parallèlement, la British Columbia Cancer Agency (BCCA) a également entrepris de créer une ressource provinciale alliant une banque de tumeurs et de données bioinformatiques de 6 millions de dollars qui serait reliée au BC Cancer Information System (CAIS) qui suit chaque patient en Colombie Britannique du diagnostic au traitement, au suivi et à la réadaptation.

Back to top

Qu’est-ce que la recherche translationnelle?

La recherche translationnelle est l’intéraction entre les scientifiques et les cliniciens qui facilite le transfert des découvertes issues de la recherche moléculaire, cellulaire ou génétique pour améliorer les diagnostics, les traitements et la prévention du cancer.

Back to top

Au sujet de l’éthique et de la vie privée

Comment le RCBT protège-t-il les informations du donneur?

Les banques membres du RCBT sont régies par un comité d'éthique à la recherche, par des lois provinciales sur la vie privée et par des règlements fédéraux. Chaque banque membre prend toutes les précautions pour s'assurer que les protocoles, les règlements et les lois sont suivis de façon stricte.

Tout le personnel, les membres de comité et les partenaires d'affaires signent des ententes confidentielles ou sont contraints à des codes de conduite professionnelle. Le personnel des banques est formé pour suivre les procédures particulières quand il doit traiter avec des informations identifiées.

L'identification d'un patient ou autre information d'identification ne peut et ne doit pas être fournie. Ces pratiques, tout au long des révisions internes périodiques, assurent la confidentialité des informations médicales du donneur.

Back to top

Qu’en est-il des informations personnelles sur mon échantillon?

Le RCBT n’entrepose pas de l’information concernant l’identification personnelle des donneurs dans ses systèmes. Un identifiant unique encodé, assigné par la banque membre, est utilisé pour gérer les données. L’identification du donneur (si requise et permise par la loi) peut seulement être faite par la banque de tumeurs régionale agissant comme fiduciaire pour le matériel donné.

Back to top

Que se passe-t-il si un donneur choisit de se retirer?

Si le donneur choisit de se retirer, la banque de tumeurs locale détruira tous les échantillons restants et les données de santé identifiant la personne. Aux endroits où les échantillons ont été expédiés pour la recherche, les informations minimales non-identifiantes seront conservées pour validation scientifique. Aucun autre échantillon ne sera expédié.

Malheureusement, il est impossible de tenter de récupérer le matériel déjà expédié.

Back to top

Quelles sont les informations à mon sujet qui sont transmises aux chercheurs?

Dépendamment de la nature exacte de la recherche entreprise, les chercheurs peuvent avoir besoin d’informations démographiques, d’informations sur les habitudes de vie, sur les traitements et les bilans de santé.

Avant que de l’information soit transmise par la banque de tumeurs régionale, toute l’information personnelle est retirée et un identifiant encodé est assigné.

Back to top

Quelle information est retenue lorsque je visite le site Web du RCBT?

Quand vous visitez notre site Web, nous retenons seulement l’information qui est essentielle pour l’opération et la sécurité du site Web. Le serveur collecte automatiquement le nom de votre domaine internet ou adresse IP. Cette information est collectée afin que nous sachions combien de personnes visitent notre site, de quelle région géographique vous êtes et combien de pages ont été vues sur notre site. La collecte de ces informations est en conformité avec les sections 36(1)(b) et 36(2) de la Loi sur l’accès à l’information et à la protection de la vie privée. L’information est regroupée en statistiques, les individus ne sont donc pas identifiés dans les rapports statistiques. L’information statistique est gardée jusqu’à 6 ans avant d’être détruite.

Back to top

Qu’est-ce que l’éthique et la législation?

La législation affecte et régule les standards et la conduite de la recherche impliquant des sujets humains dans plusieurs domaines tels la vie privée, la confidentialité, la propriété intellectuelle, la compétence et plusieurs autres secteurs. La législation des droits humains interdit la discrimination dans plusieurs domaines. De plus, plusieurs documents sur l’éthique de la recherche interdisent la discrimination et reconnaissent les traitements égaux comme étant fondamental. Les comités d’éthique à la recherche (CERs) doivent aussi respecter l’esprit de la Charte canadienne des droits et libertés, particulièrement dans les domaines traitant de la vie, la liberté et la sécurité des personnes tout comme dans les domaines impliquant l’égalité et la discrimination.

Ce contexte légal pour la recherche impliquant des sujets humains est constamment en évolution et varie d’une juridiction à une autre. Pour cette raison, les chercheurs, les institutions et les CERs doivent avoir recours à de l’expertise pour identifier les questions légales dans un processus de révision éthique.

Cependant, l’approche légale et éthique à ces questions peut conduire à différentes conclusions. La législation tend à contraindre de suivre les normes de conduite. Le but de l’éthique est de promouvoir des standards élevés de conduite à travers une conscience de ses valeurs qu’elle peut développer par sa pratique et avec lesquelles elle peut avoir à faire des choix et se responsabiliser face à ses erreurs. De plus, bien que les approches éthiques ne peuvent primer sur les applications de la loi, elles peuvent favorablement affecter le développement futur ou la négociation de certaines situations au delà de la portée de la loi.

Back to top

Qu'est-ce que l'éthique?

L'éthique est la branche de la philosophie qui traite des discriminations entre le bien et le mal et des conséquences morales des actes humains. Les exemples des questions éthiques qui surviennent dans la pratique médicale et dans la recherche incluent le consentement éclairé, la confidentialité, le respect des droits humains et l'intégrité scientifique.

Back to top

Qu'est-ce que la vie privée?

Le commissariat à la vie privée du Canada décrit la vie privée:

Le droit de contrôler l'accès à sa personne et à l'information sur elle-même. Le droit à la vie privée signifie que les individus vont décider quelles informations peuvent être refusées, à qui elles peuvent être données et à quoi elles peuvent être utilisées.

Pour le RCBT, la vie privée implique des politiques qui déterminent quelles informations sont recueillies, comment les utiliser, comment les entreposer et les protéger et comment les donneurs sont informés et impliqués dans le processus.

Le RCBT met la priorité sur la protection de la vie privée et suit strictement les procédures pour s’assurer que les donneurs soient informés comment leur information et le matériel donné peuvent être utilisés dans une recherche éthiquement approuvée.

Back to top

Qu'est-ce que le respect de la dignité humaine?

Le principe fondamental d'une éthique de recherche moderne est le respect de la dignité humaine. Ce principe aspire à protéger les multiples et interdépendants intérêts de la personne, physiquement et psychologiquement, pour une intégrité culturelle. Dans certaines situations, des conflits peuvent survenir à partir des implications de ces principes par rapport à d'autres. Les chercheurs et les CERs doivent soigneusement doser tous les principes et les circonstances impliqués à tirer une conclusion raisonnable et défendable.

Back to top

Quelle est la loi sur les renseignements médicaux personnels?

La loi sur les renseignements médicaux personnels a été adoptée en décembre 1997 et visait à vous conférer de plus larges pouvoirs à titre de bénéficiaires de services de santé. Elle vous accorde les deux droits fondamentaux suivants : -Le droit d’accès à vos renseignements médicaux personnels. –Le droit à ce que la confidentialité de vos renseignements médicaux soit protégée.

Back to top

Quel type de recherche requiert une révision éthique?

Toute recherche impliquant des tissus humains requiert une révision éthique et une approbation par le Comité d’éthique à la recherche en accord avec l’Énoncé de politique des trois Conseils. Ceci inclut la recherche impliquant des restes humains, des cadavres, des tissus, des fluides biologiques, des embryons ou des fœtus. Les types suivants de recherche sont exclus de révision éthique : recherche au sujet d’une personne vivante faisant partie de la vie publique, ou concernant un artiste, basée exclusivement sur de l’information, des documents, des données, des performances, du matériel archivé ou d’entrevues avec des tiers accessibles au public.

Les études d’assurance de qualité, de révision de performance ou d’essais au sein d’un processus pédagogique normal ne sont pas sujet à une révision par un comité d’éthique à la recherche.

Back to top

Au sujet du matériel de recherche

Est-ce que des investigateurs en dehors du Canada peuvent avoir accès aux échantillons du RCBT?

Le RCBT s’attend à ce que la majorité de la recherche facilitée par les banques de tissus membres soit au Canada. Cependant, l’accent est mis pour que la qualité de la recherche utilisant le matériel collecté soit du meilleur calibre possible. Si vous êtes en dehors du Canada et êtes intéressés à obtenir du matériel des banques membres du RCBT, veuillez nous contacter.

Back to top